[Veille]
Pour un design de l’indépendance

Designer indépendant et fondateur de Design & Human, Geoffrey Dorne nous livre sa vision du design et des enjeux auxquels nous devrons répondre demain face au monde qui s’effondre. Design et tempête, le designer est voué à renouveler les contraintes ?

 

Revenons aux prémices du design. Les contraintes ont toujours été un moteur pour les designers : prix, taille, équilibre, résistance, surface, temps etc. Elles n’ont pas disparu avec le développement des usages numériques. Au contraire, la course au progrès et au rêve technologique ne cesse d’amener de nouveaux récits élaborés pour imaginer notre futur et le rendre désirable. Dans sa conférence sur « le design de l’indépendance », Geoffrey Dorne y ajoute une nouvelle variable : le monde s’effondre. Selon ce fondateur de Design & Human, une agence à la fois éthique, sociale et radicale, pour le designer, les contraintes se renouvellent : faire du design sans électricité, sans capitalisme, en temps de guerre ou par plus 3 degré.

 

La résilience, futur métier du designer ?

Pour préparer ce changement de paradigme, Geoffrey Dorne propose de repenser la valeur que nous produisons. Il faut désormais imaginer comment réduire nos revenus et nos biens pour avoir besoin de moins tout en œuvrant davantage dans le sens de la résilience et de l’habitabilité du monde. De son point de vue, le design éthique n’existe pas sans tomber dans les travers du greenwashing. C’est pourquoi Geoffrey Dorne nous invite à nous recentrer sur « ce à quoi on tient est ce par quoi on tient ». Son questionnement nous amène à repenser le design de luxe (inaccessible) vers le design inclusif et accessible, le design de l’utilitarisme (individualiste) vers le design de l’utile pour la société ou encore le design jetable vers le design pérenne.

 

Vers l’émancipation et l’engagement

Des milliers de chemins existent pour assurer la transition entre design consommable et design circulaire ou post-effondrement. Pour passer à l’action et affronter la tempête, Geoffrey Dorne nous livre son plan de bataille personnel pour répondre aux nouvelles contraintes qui s’imposent au métier de designer :

  1. faire de chaque projet design un produit qui répond à une forme d’émancipation ;
  2. l’argent gagné est utilisé pour son salaire, pour des projets et pour des associations ;
  3. cette démarche et ces investissements lui permettent de se former pour le pendant et l’après effondrement ;
  4. une partie de son temps libre est dédiée au travail gratuit pour organiser l’autonomie chez les autres et faire en sorte qu’ils n’aient plus besoin de designers ;
  5. désaffecter puis réaffecter pour faire du design un commun et faire de la résilience le métier de designer.

Ambitieuse ou frappadingue, l’idée d’une bascule du design propriétaire vers un design des communs pour agir sur l’émancipation et l’autonomisation humaine vaut le détour. Comme le dit Geoffrey Dorne, il faut redéfinir le design pour en faire l’outil de nos engagements ! Alors, à quand votre plan de bataille personnel ?

 

Pour mieux comprendre son point de vue, on vous invite à regarder sa (super) conférence !